Torna in Home Page
 HOME FRA » Église » Des églises locales » La famille, espoir et avenir Facebook  Twitter  Technorati  Delicious  Yahoo Bookmark  Google Bookmark  Microsoft Live  Ok Notizie

La famille, espoir et avenir   versione testuale
Vers la 47ème Semaine sociale des catholiques italiens, en programme à Turin, du 12 au 15 Septembre 2013



Mgr Arrigo Miglio, président du Comité scientifique et organisateur des Semaines sociales des catholiques italiens, et archevêque de Cagliari, a récemment présenté le Document préparatoire de la 47ème Semaine sociale sur le thème suivant : « La famille, espoir et avenir pour la société italienne », qui aura lieu du 12 au 15 Septembre 2014 à Turin.
 
« La société italienne – a ainsi déclaré l’évêque – nécessite avec urgence d’ « un engagement culturel qui sache argumenter les bonnes raisons qui font que la famille est un fondement solide du bien commun, et non pas une expérience de relations fluides ou d’un vague sentiment d’amour ». Il faut donc partir « de ‘l’Évangile de la famille’ et de l’engagement pastoral de l’accompagnement qui en découle ». En effet, le contexte social est caractérisé par une avancée d’ « initiatives au niveau européen et au niveau local, qui tendent à réduire, voire à éliminer, le rôle unique et fondamental de la famille fondée sur le mariage entre un homme et une femme et ouverte à la vie, en minant son identité spécifique, en promouvant une certaine culture et en forçant une législation qui traite la famille comme toute autre sorte de cohabitation ». Cette culture – poursuit encore Mgr Miglio – qui « tend à ternir la signification de la famille » a « des conséquences au niveau anthropologique ». La défense des « bonnes raisons » de la famille, « première cellule vitale de la société et bien pour tous » est « la garantie contre les dérives de type individualiste ou collectiviste » et « n’est pas une affaire privée mais sociale ».
 
Le Document préparatoire est divisé en trois parties : la première concerne « la structure profonde de la famille, dont le centre est la dignité de la personne humaine et la sacralité de la vie humaine », la seconde « le lien entre la famille et la société », et enfin la troisième « l’union étroite entre la famille et les dimensions du travail et de l’économie ». Les évêques italiens soulignent la nécessité de « relancer le rôle central de la famille dans la vie sociale et ecclésiale ».
 
print
Copyrights 2012. All rights reserved Pontificium Consilium pro Familia